Quels sont les divers risques associés à la chirurgie du menton ?

Les risques associés à la chirurgie du menton sont généralement occultés vu que les interventions se déroulent en majorité très bien.

Toutefois, il est important de prendre la juste mesure des facteurs inhérents à une intervention chirurgicale que l’on va subir. Cela permet de prendre les bonnes décisions et d’éviter les désagréments inopinés.

C’est à cet effet que cet article présente les divers risques associés à la chirurgie du menton.

Les différents types de chirurgies du menton

L’expression chirurgie du menton peut faire référence à deux techniques bien distinctes. Chacune de ces techniques s’applique à des cas bien spécifiques et l’une est à visée essentiellement esthétique tandis que l’autre a également un but fonctionnel.

Ces deux techniques sont :

·         La liposuccion du double-menton ;

·         La chirurgie orthognatique.

L’une et l’autre de ces interventions chirurgicales comporte des risques et c’est là que réside tout l’intérêt de faire appel à un chirurgien expert de la chirurgie du menton.

La liposuccion du double-menton

La liposuccion du double-menton est un type de chirurgie esthétique qui vise à supprimer un double menton. Le principe de cette opération est assez simple. Il s’agit pour le chirurgien d’aspirer l’amas graisseux disgracieux situé à l’arrière du menton.

Ce type de chirurgie dont la finalité est beaucoup plus esthétique que fonctionnelle, est réalisée en mettant le patient sous anesthésie locale. L’intervention dure généralement entre 30 minutes et une heure. Les risques encourus sont relativement faibles.

La chirurgie orthognatique

La chirurgie orthognatique est quant à elle une chirurgie de repositionnement des maxillaires. Elle consiste en une ostéotomie de la mandibule pour la repositionner afin d’obtenir un bon alignement.

Dans le cadre d’une chirurgie du menton, la chirurgie orthognatique peut impliquer :

·         Une génioplastie (positionnement d’un implant) ;

·         Une ostéotomie de la mandibule pour repositionnement ;

·         Le meulage d’un os trop saillant.

Il est possible de prendre de prendre contact avec un orthodontiste ou de se documenter davantage à propos de la chirurgie orthognatique sur ce site.

Les risques associés à la chirurgie du menton

La liposuccion

Comme tout type d’opération, la liposuccion du double-menton n’est pas sans inconvénients. Même s’il s’agit d’une intervention pour l’essentiel très peu risquée, les véritables complications sont liées à la période post-opératoire.

Entre autres difficultés on peut citer :

·         La forte douleur ressentie durant la première semaine suivant l’opération ;

·         Les enflures du visage ;

·         L’apparition d’ecchymoses et d’œdèmes ;

·         Le délai de 3 mois qu’il faut attendre pour savoir si l’opération a été une réussite ;

·         La possibilité de rétractation incomplète de la peau ;

·         La nécessité de faire une opération de lifting du cou.

La chirurgie orthognatique

La chirurgie orthognatique est généralement bien réussie. Toutefois, étant donné qu’il s’agit d’une opération majeure, elle comporte également un certain potentiel de risques. Au nombre de ceux-ci, on peut citer :

·         Une infection de la mâchoire ;

·         Une dysesthésie (troubles de la sensibilité survenant avec des sensations anormales) ;

·         Des douleurs à la mâchoire avec le risque d’une fracture imprévue ;

·         Relâchement de la fixation.

Toutefois, ces risques sont si rares lorsqu’on se fait opérer par un professionnel expérimenté qu’il ne semble plus nécessaire de s’y attarder.

Pour en savoir plus sur la chirurgie orthognatique, cliquez ici.

Faut-il se faire opérer du menton ?

L’appréciation de la situation

Lorsqu’on se renseigne sur les risques associés à la chirurgie du menton, c’est probablement pour répondre à la question suivante : Faut-il se faire opérer du menton ?

Ici, la réponse ne revient qu’à la personne concernée. En effet, c’est en comparaison des enjeux et des risques encourus qu’une décision judicieuse peut être prise.

Cet article expose plus en détail l’ostéotomie des maxillaires.

La période préparatoire

Une opération comme la chirurgie orthognatique nécessite un protocole préopératoire qui doit être suivi à la lettre pour minimiser au maximum les risques postopératoires. Il s’agit de :

·         La respiration nasale pour se préparer à respirer dents serrées ;

·         Le port d’un appareil orthodontique pendant 6 à 18 mois pour décompenser l’articulé dentaire ;

·         La prise de matériel diagnostic final pré chirurgical ;

·         La simulation numériquement assistée du résultat de l’intervention.

Le suivi post-opératoire

Savoir s’il faut se faire opérer du menton, c’est donc :

·         Comparer les enjeux et les risques ;

·         Se préparer en conséquence ;

·         Etre prêt à se conformer aux règles de suivi post-opératoire.

Cette dernière condition joue un rôle fondamental dans l’issue définitive de l’intervention. Ainsi, c’est en suivant scrupuleusement les recommandations de l’orthodontiste que l’on pourra s’affranchir des risques associés à la chirurgie du menton.