Grains de beauté : à quelle fréquence les faire surveiller ?

Avant de relever les différents symptômes alarmants d’un grain de beauté, on doit d’abord rappeler que comme son nom l’indique, le grain de beauté ou naevus est un ensemble de cellules pigmentaires qui se présentent dans la  peau, souvent sous forme d’une tâche marron, brune ou rose. Ils peuvent surgir aussi bien sur le dos que sur toutes les autres parties du corps, exposées au soleil comme le visage et les épaules. Comment faire alors pour surveiller ses grains de beauté et éviter le mélanome ?

Le grain de beauté selon les spécialistes

En consultant l’avis des spécialistes, ils ont affirmé que le grain de beauté est appelé aussi nævus, ce qui sous entend que cet élément que l’on voit apparaître sur la peau et peut parfois rajouter un certain charme à la personne qui le porte, peut constituer une anomalie bien alarmantes des mélanocytes. Autrement, le nævus est pour les experts l’équivalent d’une tumeur, dans la plupart des cas bénigne. Mais dès qu’elle revêt une forme maligne, après avoir évolué, elle est dite mélanome. Voila pourquoi, il est recommandé de surveiller ses grains de beauté pour éviter les diagnostics tardifs de la tumeur.

Quel signe annoncerait un mélanome ?

Un mélanome est un grain de beauté qui apparaît sur la peau et change rapidement de forme et de taille. Les spécialistes nous recommandent souvent de faire des photographies en focalisant sur le diamètre de la pigmentation, son asymétrie, ses bordures, sa coloration et aussi l’évolution de sa taille. Si vous constatez un chargement ne tardez pas à consulter un dermatologue cancérologue aguerri. Les personnes qui ont le plus de naevus sont les plus confrontées au risque de mélanome. Dans ce cas l’auto-surveillance est de mise, surtout si l’on a au-delà de 60 grains.

Sujets à risque

Les experts affirment que plus de 30 % des cas de mélanome sont l’origine d’une transformation maligne d’un naevus, notamment pour des sujets à phototype clair, c’est-à-dire les profils qui ont la peau claire et des tâches de rousseur …sans oublier les personnes qui ont déjà un antécédent familial, essentiellement les parents. Si certains profils ont plus susceptibles que d’autres, il convient de privilégier la prévention. Il est par ailleurs à savoir, que bien qu’elle ne soit pas limitée à un sexe bien déterminée, la maladie touche souvent 62% des femmes de plus de 50 ans. Il ne faut pas pour autant se croire protégé de cette anomalie quand on a la peau un peu foncée. Les facteurs environnementaux (coup de soleil pendant l’enfance) peuvent être de principaux déclencheurs à risque outre le nombre et la taille des grains de beauté.